REMETTRE DU LIEN ET DU SENS DANS UN MONDE EN PERTE DE REPÈRES

POUR RÉ-ENCHANTER LE MONDE

« Être prospectif c’est voir qu’il y a un avenir à faire, et que dans cet avenir il existe un certain nombre de grandes lignes qui sont déjà dessinées et que nous devons et nous pouvons prévoir. Et que toutes sortes de possibilités, de plus en plus riches, de plus en plus fécondes, sont offertes aux Hommes. Les Hommes feront tous ensemble le grand monde de demain ou bien ils courront à la catastrophe : le risque n’est pas exclu, mais l’aventure vaut d’être tentée et je crois qu’elle réussira. » Gaston Berger, chef d’entreprise et philosophe (1896-1960).

Le monde tel que nous l’avons connu et tel que nous l’imaginions dans le futur s’est fait rattraper par le présent : le futur a changé d’ère. Une nouvelle ère qu'il nous faut comprendre avant de la nommer. Comprendre cette révolution digitale et anthropologique(1) avec ses conséquences économiques, sociologiques, sociétales, existentielles.

Dans un monde en accélération permanente, comprendre le présent c’est déjà de la prospective alors que l’accélération des transformations est amplifiée par  les milliers de milliards injectés dans les secteurs de pointe de la nouvelle économie mondiale (écologie, espace, recherche quantique, énergie, mobilité, biotech, santé, agro-alimentaire, information, gouvernance, économie bleue/circulaire, IA, cybersécurité, éthique, droit, finance…).

Comment s’adapter aux transformations du présent tout en incarnant une vision positive du futur ? Comment penser notre monde incertain dans toute sa complexité ? Comment s’adapter à l’hybridation des disciplines, des technologies, des concepts, des lieux, des univers ? Comment concilier efficacité, optimisation des ressources et bien-être en réinventant les rapports humains ? Comment mobiliser, fédérer autour de valeurs et d’initiatives porteuses de sens ? Comment faire coïncider notre raison d’être, nos aspirations, nos compétences, avec ce dont la société a besoin ?

Alors que nos systèmes de pensée trop rigides ont du mal à s’adapter à cette métamorphose de la société, des pratiques, des comportements, des organisations, de l’économie, de l’énergie, des modes de gouvernance, des rapports aux autres vivants et à l’environnement, nous appelons à un changement de paradigme mental et institutionnel. Seule voie pour bâtir ensemble un nouveau récit collectif qui redonne du sens à l’humain et le sens du commun et de la chose publique.

En ces temps d’incertitudes, de retour des grandes épidémies et de guerres à nos portes, d’émergence de mondes virtuels et du Metavers, de réalités alternatives, nous nous engageons à créer des lieux de liens pour susciter la curiosité, les interrogations, le débat, les rencontres. Et pour mieux comprendre la métamorphose à l’œuvre nous associons, à notre réflexion dynamique sur la société, des personnalités « phares » de toutes les disciplines et de toutes les générations.

Voici venu le temps de la reconstruction, de la renaissance, de reconsidérer l’influence humaine alors que la protection de la biodiversité et la préservation de nos valeurs universalistes héritées des Lumières représentent des enjeux majeurs de ce début de III° millénaire. Du lien et du sens propose de prendre du recul, de partager les expériences, d’imaginer de nouvelles convergences, de nouvelles perspectives, de « voir loin, voir large, analyser en profondeur, prendre des risques, penser à l’Homme » (Gaston Berger).